Valérie en PVT au Canada

« Just do it »

À propos de moi

Je suis Valérie, je suis belge, j’ai 30 ans et je suis consultante avec une passion pour la photo.

À propos de mon voyage

À 28 ans je suis partie en PVT au Canada.

 

En quelques mots

Après une rupture difficile, je devais partir, voir autre chose. Je suis partie seule. J’ai quitté mon job, mon petit pays. Je voulais voir le monde, connaître d’autres gens. J’ai choisi Vancouver après beaucoup de recherches et d’hésitation. Vancouver, c’est beau, c’est grand – mais pas trop – on y parle anglais. Il y a des plages, des montagnes, la ville, une sensation de petite ville. Bref, un vrai coup de cœur.

Après avoir travaillé quelque temps dans un petit magasin de vêtements, j’ai commencé à voyager. Même si entre-temps je m’étais accordé des petites aventures. J’ai commencé par un road trip à travers les rocheuses canadiennes. J’ai été voir une amie au Mexique, je suis aussi partie en coachsurfing à Hawaii, j’ai fait une traversée en train du Canada pour faire un road trip de Vancouver en Californie. J’ai également fait une pause et vécu dans un ranch avec des chiens et des chevaux. Totalement dans mon élément, je me suis ressourcée à l’aide des animaux.

Pour mon dernier mois, je n’avais plus de domicile à Vancouver ni les moyens de reprendre un bail ou un contrat. J’ai eu la chance d’être accueillie chez la sœur de ma workaway dans une ville voisine de Vancouver. Encore une preuve de la gentillesse des Canadiens. J’ai vécu dans cette famille jusqu’à la fin de mon séjour.

Mon retour fut difficile. Faut l’avouer, je suis passée de l’énorme Canada, à la petite Belgique. J’ai choisi de rentrer en Belgique durant l’été, car nous avons de super festivals, des fêtes & la ducasse de Mons (obligé). Du coup, le premier mois n’était pas encore trop difficile, je retrouvais les copains, ma famille, il faisait bon, et puis… les responsabilités vite retrouvées également, Forem, boulot, vivre chez les parents… mais peu à peu on s’y fait. ET PUIS 2020 !

Comment se sont passées les premières semaines ?

Bien, j’ai eu de la chance de tomber sur un chouette airbnb dans un chouette coin dans la ville. Je partageais ma chambre avec une fille dynamique d’Australie et nous sommes toujours amies à ce jour.

 

Ce qui m’a plu

Les Canadiens sont gentils, ce n’est pas un cliché. Toujours envie de bouger parce que « pourquoi pas ». J’ai aussi aimé parler anglais, visiter, lire, me faire tatouer, boire un café à 2 dollars, Vancouver, les saisons marquées et tellement plus belles les unes que les autres. C’est vraiment difficile de faire un choix.

Qu’as-tu vécu comme difficultés ?

Perte d’argent, maladie, un propriétaire pas sympa, j’ai perdu mon chat de Belgique (je suis hypersensible, c’est compliqué de gérer les émotions pour moi). Dans des situations difficiles, surtout à l’étranger et seule, je gardais toujours la tête haute, toujours fière je ne disais rien à mes parents. « Tout va bien, je vais bien ». Même si ma famille me manquait, si mon Noël était pourri, si je n’avais plus que 6 dollars sur mon compte, même si je pleurais parce que mon chat était mort. Même si j’avais mal aux dents et que j’avais peur d’aller chez le dentiste (ça coûte très cher là-bas). Mais en fin de compte, on gère un problème à la fois et on arrive toujours à s’en sortir !

Comment as-tu géré le mal du pays ?

Je faisais beaucoup de vidéos pour ma famille grâce à Whatsapp. Des choses toutes bêtes, quand j’allais au boulot, quand je faisais des photos, quand j’allais en road trip aussi. C’est comme si ma famille ou mes amis étaient dans ma poche. Il ne faut pas hésiter à faire un petit Facetime et pleurer un bon coup. Sinon, manger des frites ça marche aussi 😉

Bref

Cette expérience m’a apporté de la confiance en moi, des amis, une soif de voyage et une envie de repartir 🙂

Partage ce témoignage

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Ce récit t'a plu et tu as plein de questions ?

N'hésite pas à contacter l'auteur !

*Ne t’affole pas si certains liens ne fonctionnent pas, certains ont décidé de ne pas tout partager, et on respecte leur choix !

Encore plus de témoignages...

Étudier à l'étranger

Julien, expérience en Nouvelle-Zélande

À la fin de mes humanités, je voulais absolument partir aux USA pour faire une deuxième rhéto. J’ai fait appel à un organisme d’envoi après

Europe

Laure chez Decathlon en Espagne

Après un séjour à Séville en Erasmus et une rupture difficile (soyons transparents), j’avais envie de changer d’air et de partir vivre à l’étranger.Tout voyage

Asie

Lucie en secondaire en Corée du Sud

Je suis partie en Corée du Sud, à Daejeon, l’année passée pour suivre une partie de ma 5e secondaire.La première semaine, j’avais une « formation » en