Pauline en PVT en Nouvelle-Zélande

You should go for it !

À propos de moi

Je m’appelle Pauline, j’ai 25 ans et je suis assistante en communication.

À propos de mon voyage

À la fin de mes études, je suis partie en PVT en Nouvelle-Zélande.

En quelques mots

Après mes études, je ne savais pas trop vers quoi me diriger. Je ne me sentais pas prête à rentrer directement dans la vie active. Je n’avais pas forcément envie de faire des études complémentaires. J’ai toujours aimé voyager. C’était le bon moment pour cette expérience !
Première étape, Auckland ! ☺️ J’avais prévu de commencer mon voyage par 3 mois de cours d’anglais. C’était un moyen de partir seule, tout en ayant un minimum d’encadrement. En plus, être dans une école de langue comme Kaplan m’a permis de rencontrer plein de personnes dans le même cas que moi. Ensuite, j’ai traversé la Nouvelle-Zélande en van, ce qui était une expérience incroyable. Paysages sublimes, connexion avec la nature… c’est une expérience unique que de voyager en van ! Mais voyager, ça coûte cher… J’ai donc dû à un moment trouver un petit boulot. La fin de mon voyage a donc été un switch entre travailler et voyager !

Lorsque j’ai fait ce voyage, je n’avais pas mon permis. Et la Nouvelle-Zélande n’est pas le pays le mieux desservi en transport en commun. Ce qui demandait une plus grande organisation en amont, mais tout reste quand même possible !

La préparation du voyage

Il est facile de se renseigner sur les voyages à l’étranger ! Il y’a des livres, des blogs, et des forums comme celui-ci. Le mieux est de discuter de vive voix avec quelqu’un qui a déjà vécu cette expérience.

Un choc culturel ?

Je n’ai pas vraiment eu de choc culturel entre ma culture belge et celle de la Nouvelle-Zélande. On mange plus ou moins pareil, on a la même culture, les mêmes horaires… Selon moi, la seule différence est la relation entre les gens, ils sont plus ouverts. Dans la rue, tout le monde parle à tout le monde, les gens s’intéressent, etc.

Un conseil pour s’intégrer ?

Bouger le plus possible. Sortir. Essayer de dépasser sa timidité et ne pas avoir peur de parler aux gens.

Une difficulté ?

Je n’ai pas vraiment rencontré de grosses difficultés. Parfois le manque de confort peut peser un peu. Mais ça passe vite ! Le manque de la famille et des amis aussi, mais heureusement il y’a What’s App !

Bref

Je n’ai retiré que du positif ! Humainement, on apprend beaucoup sur soi-même en voyageant seul. De plus, pour apprendre à maîtriser une langue, c’est la meilleure manière.

Partage ce témoignage

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Ce récit t'a plu et tu as plein de questions ?

N'hésite pas à contacter l'auteur !

*Ne t’affole pas si certains liens ne fonctionnent pas, certains ont décidé de ne pas tout partager, et on respecte leur choix !

Encore plus de témoignages...

Europe

Elsa, la danse et la Sicile

J’ai vécu pendant un an, pour le travail, dans la ville de Palerme. C’est là que mon projet de voyage est né, grâce notamment aux

Amérique

Caroline au Kino Kabaret à Montréal

À 29 ans, je suis partie à Montréal participer au Kino Kabaret et découvrir la ville.Cela faisait des années que j’avais envie de découvrir Montréal.

Amérique

Émilie en volontariat au Paraguay

Après ma rhéto je suis partie à Asuncion, la capitale du Paraguay, faire du volontariat.Mon papa était parti un an aux États-Unis quand il a