Julien, 29 ans

"Le voyage forme la jeunesse... Ce voyage m'a fait découvrir le monde, m'a ouvert l'esprit et ma permis de grandir personnellement."

Julien, 29 ans, publié le 20 juin 2018.
A propos de moi

Julien, 29 ans, archéologue de formation, mais qui travaille désormais chez Infrabel en tant que conducteur de locomotive de chantier.

A propos de mon voyage

J’avais tout juste 18 ans quand je suis parti environ un an à Kerikeri en Nouvelle-Zélande faire une 2e rhéto.

En quelques mots

À la fin de mes humanités, je voulais absolument partir aux USA pour faire une deuxième rhéto. J’ai fait appel à la société WEP après en avoir parlé à mes parents et nous avons eu plusieurs rendez-vous afin d’étudier la possibilité de la chose. Il s’est avéré que j’étais trop « vieux » pour partir aux USA et que mes options étaient limitées à la Grande-Bretagne et à la Nouvelle-Zélande. J’ai finalement choisi la Nouvelle-Zélande. Après une très bonne préparation avec prise de contact des représentants (qui avaient fait le voyage jusqu’à Bruxelles), prise de contact avec la famille, explications très nombreuses, le jour de départ est très vite arrivé.
Je suis arrivé début novembre à KeriKeri après un (très) long voyage et j’ai été chaleureusement accueilli par ma famille. Les quelques premiers jours ont été très intéressants, il m’a fallu m’habituer à de nouvelles coutumes, rentrer dans la logique de la langue, découvrir les joies de la conduite à gauche. Le premier soir, j’ai pu apprécier le ciel, non pollué par la lumière et j’ai vu la Voie lactée pour la première fois, en vrai. C’était assez magique ! J’ai commencé les cours une ou deux semaines après mon arrivée et j’ai pu également apprécier un autre type d’éducation « à l’anglaise » avec des cours que je pouvais choisir moi-même. J’ai vraiment aimé le fait de pouvoir réaliser un programme à la carte. J’ai senti l’éducation là-bas plus comme un choix que comme une obligation. J’ai sympathisé avec des Japonais et j’ai même pu partir quelques semaines au Japon, faisant une sorte d' »Inception », un voyage dans un voyage. C’était une expérience tout à fait exceptionnelle !
Je me suis fait beaucoup d’amis sur place, mais aussi en dehors en dehors en rencontrant d’autres étudiants en 2e rhéto comme moi. On a visité le nord de l’île du nord, sa nature, ses paysages, l’océan. Si ma place dans ma famille d’accueil était très bien, j’ai eu quelques soucis à m’habituer à la présence de mes deux frères d’accueil. Après des discussions avec ma mère d’accueil et les deux frères, j’ai pu grandir et mettre nos différents derrière nous. C’était une expérience compliquée pour moi, mais qui, lorsque je regarde derrière moi, m’a été très bénéfique pour mon apprentissage personnel.

J'ai adoré

Le pays est juste magnifique. La nature est omniprésente partout où l’on se trouve, même dans les villes. Cela a une influence profonde sur les gens, ils sont plus terre à terre, plus tranquilles, moins stressés. Le Kiwi (surnom pour Néo-Zélandais) de base est beaucoup plus zen qu’un Européen. J’ai eu beaucoup de temps pour réfléchir au train de vie que l’on menait en Europe et à celui qu’ils menaient sur l’île. Je pense que c’est ce qui m’a le plus plu !

Je n'ai pas aimé

Ce qui m’a surtout déplu, c’est que la Belgique n’était pas « juste à côté » à quelques heures d’avion. Ma famille me manquait et surtout mes amis. C’est lorsque je suis parti que j’ai saisi à quel point ils comptaient pour moi.

Bon à savoir

Connaître les rudiments de la langue sur place, connaître un peu les coutumes c’est un must. Montrer qu’on a fait l’effort d’apprendre un minimum de la langue sur place, ça ouvre des portes qui resteraient fermées si l’on était un « touriste ». Quand on voyage, il faut être un vrai voyageur, et pas un touriste. On va dans un pays, c’est nous l’étranger, on se conforme donc à ce que l’on rencontre. Et à force, on n’est plus étranger, on devient un peu ce qu’il y a sur place (et on en vient à détester les touristes ^^).

Bref

J’ai retiré énormément de cette expérience. Surtout de l’expérience humaine, je me suis senti grandi en tant que personne. J’ai pu voyager à travers le monde, j’ai vu des paysages magnifiques qui m’ont mené vers l’idée que toute la planète et magnifique. Chez nous comme ailleurs. Je pense que je voyais trop la Nouvelle-Zélande comme l’herbe verte de l’autre côté de la barrière. En fait, l’herbe est verte partout. Il suffit d’arrêter de la voir grise d’un côté et verte de l’autre. Rétrospectivement, je pense que ce voyage a été un élément crucial de mon développement en tant que jeune adulte et m’a donné les clefs pour devenir au final, une meilleure personne.

Partager le témoignage :

Ce récit t'a plu, mais tu as plein de questions ?
N'hésite pas à contacter l'auteur !

ou par email :

julien.biver@gmail.com

Tu veux plus de témoignages?

Charlotte et les tortues mexicaines

AmériqueExpériencesVolontariat & rencontres culturelles - 3 semaines

Je suis partie faire un projet de volontariat au Mexique.