Martin en immersion linguistique à Bruges

« Il faut bouger pour avancer (dans la vie) »

À propos de moi

Je m’appelle Martin Ide, je viens de Namur. Je fais des études de gestion en master à l’Ugent (Gand). J’avais 22 ans quand je suis parti.

À propos de mon voyage

Je venais d’obtenir mon bachelier en sciences politiques et le master ne répondait pas à mes attentes. J’avais toujours eu envie d’apprendre une langue, c’était le moment où jamais.

En quelques mots

Je suis parti grâce à une bourse du BIJ (bureau international jeunesse). J’étais logé dans une association nommée « l’Arche ». C’est une asbl internationale qui regroupe des personnes valides (volontaires, assistants, religieux,…) et handicapées mentales et physiques sous le même toit. J’effectuais une vingtaine d’heures de volontariat par semaine, ce qui consistait à s’occuper des résidents (jouer, tenir compagnie, promenade) ou de l’entretien du bâtiment (jardinage, ménage). Il y avait toujours un employé de l’association à proximité qui était là en cas de problème, ce qui est rassurant quand on n’a pas l’habitude de ce genre de situation. Le reste du temps je me consacrais à mes hobby (lecture, sport, sorties…)

Une bonne préparation ...

Pour moi, c’est partir sans a priori. Et avoir un peu d’argent de côté pour les passe-temps.

Ce que j'ai le plus apprécié c'est...

La vie en communauté. Aussi, le fait de voir des gens consacrer leur vie à aider les autres. Par ailleurs, la joie de vivre des résidents m’a beaucoup touché : malgré leur situation difficile, ils gardent le sourire.

Des difficultés?

L’isolement social durant les temps libres était difficile. Je l’ai surmonté en m’inscrivant dans un club de boxe, en lisant, en invitant des amis et en sortant avec les jeunes touristes du coin. Il y avait une chouette auberge de jeunesse près de l’endroit où je vivais.

Des conseils?

Pour gérer le Homesick ? Appeler un ami ou la famille et les inviter pour un week-end. Ne pas hésiter à leur parler des petits coups de blues qui arrivent de temps en temps. Mais aussi ne pas se poser trop de questions et simplement profiter de l’expérience.
Pour s’intégrer? Une fois sur place, je dirais de ne pas hésiter à aller vers les gens. Avoir des activités en dehors des cours ou du travail, et le plus important: sourire!

Bref

J’ai appris à relativiser par rapport à mes propres difficultés, j’ai compris l’importance d’être bien entouré. J’ai également progressé en Néerlandais ce qui m’a par la suite permis de m’inscrire de Gand en tant qu’étudiant.

Partage ce témoignage

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Ce récit t'a plu et tu as plein de questions ?

N'hésite pas à contacter l'auteur !

*Ne t’affole pas si certains liens ne fonctionnent pas, certains ont décidé de ne pas tout partager, et on respecte leur choix !

Encore plus de témoignages...

Étudier à l'étranger

Kasia, une polonaise en Belgique

Avant de partir, j’ai participé à trois camps de préparation. Au début de l’échange, j’ai encore eu un camp en Belgique avec les autres étudiants

Étudier à l'étranger

Raphaëlle, Canadienne en Erasmus à Virton

Premièrement, ça a été un certain choc pour moi d’arriver dans un petit village comme Virton. J’adore les grandes villes où on peut passer inaperçu.

Apprendre une langue

Céline en immersion à Anvers

Je suis partie à Anvers, à Turnhout, vivre une semaine en immersion dans une famille pour améliorer mon néerlandais.J’ai vécu une semaine avec ma correspondante