Emilie

"Être vivant cela signifie être toujours prêt à apprendre et si besoin est à changer."

Emilie, publié le 14 mai 2019.
A propos de moi

Je m'appelle Emilie, j'avais 15 ans quand je suis partie un semestre au Canada, en Nouvelle-Ecosse.

A propos de mon voyage

Faire une expérience comme celle-là était un des mes rêves. Ma maman m’a parlé du fait qu’il existait le programme Expedis… 3 semaines plus tard j’étais inscrite.

En quelques mots

Je suis partie fin août, j’ai fait un city trip à Montréal où j’ai rencontré pleins de personnes avec qui j’ai toujours des contacts d’ailleurs. Ça me donnait un avant goût de ce qu’allait être le voyage dans son entièreté. Après ça, je suis allée dans ma famille d’accueil, elle était super! Ma maman d’accueil m’emmenait souvent faire des activités comme aller voir des matchs de hockey, des balades etc.. Mais au-dessus de tout ça, elle a été une source de discussion sur les différences de culture et d’habitudes, j’ai beaucoup appris et grandi grâce à elle ! Je pense qu’on a eu une réelle connexion à ce moment là, même si aujourd’hui j’ai très peu de contacts avec elle. Et puis l’autre partie très importante de mon expérience c’est les amis que je me suis fait là-bas. On était beaucoup d’étudiants d’échange dans mon école et dès les premiers jours, je me suis liée d’amitié avec un petit groupe. On était tous dans la même merde pour ainsi dire. J’ai encore énormément de contacts avec ce groupe d’amis. On vient tous d’Europe, ils sont venus en Belgique l’année passée et quelle émotion ! C’est des amis pour la vie qu’on se fait là, c’est tellement dur d’expliquer aux gens tout ce qu’on a ressenti et appris là-bas, tout ce que ça nous a apporté. Seules les personnes avec qui j’étais peuvent le comprendre et c’est ça qui rend notre amitié encore plus belle ! On a chacun vécu notre expérience ensemble et chacun passionnément. J’ai aussi fait un voyage à Toronto qui était organisé par les coordinateurs locaux. D’ailleurs, ils sont super présents et on fait pleins de choses avec eux, une activité par mois mais plein d’autres choses : dès que quelqu’un partait on allait manger du gâteau, signer le drapeau, et dire au revoir, ils organisaient aussi des soupers avec tout le monde etc .. J’ai découvert une infime partie du Canada mais probablement la plus belle, en tout cas à mon sens, après ce que je considère être le voyage de ma vie.

Le ressenti des premières semaines...

Je pourrais décrire ça en un seul mot : l’appréhension. Moi petite Emilie de 15 ans qui quitte papa et maman pour aller sur un autre continent seule, je vous jure que ça fait peur. J’avais peur de faire quelque chose de mal que ce soit dans ma famille ou à l’école, je ne comprenais rien de ce qu’on me disait et du coup je ne savais jamais quoi faire. Au final, c’est juste un petit temps d’adaptation. Tout le monde était super gentil et compréhensif avec moi et m’aidait à me repérer, me parlait plus lentement. Je crois qu’ils avaient l’habitude. J’avais peur au début c’est sûr, mais plus tard on se rend compte que c’était stupide d’avoir peur tellement ça se passe bien! Bien-sûr, j’ai eu des coups de mou, de blues, ma famille et mes amis me manquait mais je m’obligeais à sortir, voir mes amis et ma famille. Il suffisait que ma maman (ma vraie hein) me dise : « Tu es au Canada enfin, qu’est-ce que tu fais à m’envoyer des messages? » pour que je me rende compte que oui, je n’avais que 5 mois là-bas et que je devais découvrir et vivre le plus de choses possibles !

Ce qui m'a plu...

C’est de vivre dans un autre monde, d’être déconnectée de la Belgique et de rencontrer tellement de personnes différentes. Avec tous les étudiants d’échange que j’avais dans mon école, j’ai découvert beaucoup plus de cultures que seulement la Canadienne. C’était une appréhension avant de partir, je ne voulais pas avoir d’autres étudiants avec moi dans l’école, j’avais peur de ne pas assez bien apprendre l’anglais, de ne pas m’intégrer mais au final c’est sûrement la meilleure chose qui pouvait m’arriver !

Ce que je retire de cette expérience ...

Je n’avais que 15 ans quand je suis partie, le voyage m’a fait gagner énormément de maturité et d’ouverture d’esprit. J’ai vécu des moment difficiles là-bas, ou des moments où j’étais perdue. Je n’avais pas maman derrière moi pour m’aider. Sur le moment ça fait peur, mais maintenant je trouve ça juste incroyable ! J’ai gagné en indépendance et je sais que je peux me débrouiller par moi-même. Ça m’a aussi apporté un deuxième chez moi, une deuxième famille. Puis je me rend encore plus compte qu’il y a tellement de choses à découvrir tout autour de nous, je n’ai découvert qu’une toute petite partie de ce grand monde. Et enfin bien-sûr j’ai appris l’anglais et en plus d’une manière super cool.

Des conseils?

Pour gérer le homesick ? S’occuper!! c’est vraiment ce qui m’a aidé. Faire n’importe quoi, il y a tellement de choses à voir et faire que se renfermer chez soi c’est trop bête.
Ne pas avoir peur d’aller parler aux gens, de dire qu’on ne comprend pas. Quand on leur explique qu’on ne parle pas trop anglais et qu’on vient pas d’ici, ils comprennent et nous aide super facilement.

Bref

Merci ! Merci à mon organisme d’envoi de m’avoir fait vivre ça, c’était incroyable et je n’ai aucun regret.

Partager le témoignage :

Ce récit t'a plu, mais tu as plein de questions ?
N'hésite pas à contacter l'auteur !

ou par email :

emilie-loiseau@hotmail.be

Tu veux plus de témoignages?

Émilie en volontariat au Paraguay

AmériqueExpériencesVolontariat & rencontres culturelles - 1 an

Après ma rhéto je suis partie à Asuncion, la capitale du Paraguay, faire du volontariat.