Christelle

Ne sois pas triste que quelque chose soit fini, réjouis-toi que ce soit arrivé

Christelle, publié le 21 mai 2020.
A propos de moi

Je m’appelle Christelle, j’ai 23 ans et je finis des études en interprétation.

A propos de mon voyage

À la fin de ma rhéto, je suis partie suivre une 5e année dans une école secondaire à Duisburg, en Allemagne.

En quelques mots

Je venais de terminer mes études secondaires, et je savais que je voulais étudier les langues, particulièrement l’allemand. J’ai donc décidé de partir un an à l’étranger avant de commencer mes études supérieures pour apprendre l’allemand (ma sœur était partie en Russie deux ans auparavant, j’ai suivi son exemple).

Je suis partie via un organisme d’envoi, en famille d’accueil. J’avais deux sœurs d’accueil, une de 6 ans et une de 16 ans. Mon objectif était de faire une seconde rhéto, mais à cause du système scolaire un peu différent en Allemagne, j’ai fait une seconde cinquième. J’ai aussi assez rapidement intégré une équipe de basket (je fais du basket depuis que j’ai 6 ans). Outre les cours, les entraînements et les matches, mon année a été très riche en expériences. J’ai rencontré beaucoup de gens, aussi bien des Allemands que des étrangers (autres étudiants d’échange) et aujourd’hui, même si je n’ai plus énormément de contacts (c’est la vie), je suis très heureuse d’avoir pu vivre cette expérience. J’ai pu également visiter de nombreux endroits, aussi bien en Allemagne grâce à ma famille d’accueil, qu’à l’étranger (j’ai participé à un voyage à Prague avec mon organisme d’envoi).

Comment se sont passées les premières semaines ?

Très bien. Dès que j’ai pris la décision de partir un an, je n’ai fait que me réjouir de mon départ. Je me suis aussi tout de suite sentie à l’aise dans ma famille d’accueil, ce qui m’a permis de ne pas me sentir trop seule sans mes parents. J’ai eu un peu plus de difficultés à l’école, parce que (je m’en suis rendu compte plus tard) les gens que j’ai rencontrés avaient déjà leur vie et c’était à moi d’aller vers eux si je voulais être intégrée, pas l’inverse. Pour eux, que je sois là ou pas ne changeait pas grand-chose, alors que pour moi, ils étaient décisifs.

Ce que j’ai aimé…

J’ai adoré ma famille d’accueil. Je n’aurais pas pu rêver mieux. J’avais une petite sœur de 6 ans certes assez difficile, mais qui m’a permis de m’ouvrir et d’apprendre à être patiente. Ma sœur de 16 ans est devenue une de mes meilleures amies, j’ai énormément parlé avec elle. Mes parents d’accueil m’ont aussi énormément appris, aussi bien au niveau de la langue qu’au niveau de leur expérience de vie. J’ai aussi beaucoup aimé l’ambiance dans l’équipe de basket : j’étais habituée à être dans des équipes où il y avait des frustrations parfois et où je me mettais moi-même la pression, mais là, pendant un an, j’ai oublié toute la pression que je pouvais me mettre, j’ai « recommencé à 0 » au niveau du basket et j’ai adoré.

Comment s’est passé ton retour en Belgique ?

Mieux que prévu. Comme j’avais passé une année presque parfaite et que je ne voulais vraiment pas rentrer chez moi, je pensais que « ma vie en Allemagne » allait terriblement me manquer une fois rentrée. Ma sœur d’accueil, qui était partie l’année précédente aux États-Unis, m’avait dit que pour elle, tout était resté comme avant, elle avait repris sa vie comme avant. Et c’est ce qui m’est arrivé aussi. J’ai retrouvé mes anciennes habitudes. Ça ne veut pas du tout dire que je n’ai rien appris de cette année, j’ai appris énormément de choses, mais j’ai pu les intégrer dans ma vie belge sans trop de difficultés.

Des bons plans à partager ?

Les Café Extrablatt (dans toute l’Allemagne je pense) ont un buffet petit-déjeuner bien sympa et pas trop cher. Pas à faire tous les jours, parce que sinon on prend 15 kilos, mais à faire au moins une fois. Le « Eis Cafe Mehrhof » à Moers, près de Duisburg. Ambiance très familiale, ils servent des glaces à emporter dé-li-cieuses et à l’intérieur, des chocolats chauds et des gâteaux à tomber.

Bref

Il ne faut pas hésiter entre partir à l’étranger ou non, il n’y a rien à perdre, tout à gagner !

Partager le témoignage :

Ce récit t'a plu, mais tu as plein de questions ?
N'hésite pas à contacter l'auteur !

ou par email :

christelle.lemineur@gmail.com

Tu veux plus de témoignages?

Hélène autour du monde !

AmériqueAsieExpériencesOcéanieTravailler et/ou voyager à l'étranger - 1 an

À mes 28 ans, je suis partie en voyage avec mon compagnon. Nous avons traversé le Vietnam (1 mois), la Nouvelle-Zélande (6 mois), la Nouvelle-Calédonie (3 semaines), les États-Unis (1 mois) et le Canada (4 mois).