Alyssia, l’architecture et la nature en Norvège

Je suis une éponge qui absorbe les paysages

À propos de moi

Je m’appelle Alyssia, j’ai 20 ans et je suis aux Beaux-Arts d’Annecy !

À propos de mon voyage

À 19 ans, je suis partie en Norvège faire un séjour d’études sur le lien entre l’architecture et la nature.

En quelques mots

Ce qui m’a poussé à partir c’est l’envie de nature avant tout. J’avais besoin de me reconnecter, de quitter l’hyper connexion que l’on vit en ce moment pour réapprendre. Réapprendre à écouter, à regarder, à sentir. Mais surtout, j’avais le besoin de me sentir toute petite face à ces paysages imposants de la Norvège. Admirer. Contempler. Partir seule aussi. Me détacher de tout, ne plus avoir de contraintes c’est aussi ce qui m’a poussée à partir seule durant plus d’un mois. Je voulais me débrouiller et voir de quoi j’étais capable.

Je suis partie en Norvège grâce à l’association Zellidja. Cette association permet à tous les jeunes entre 16 et 20 ans de partir en voyage, seul(e), pour une durée minimum d’un mois, grâce à une bourse. Tous les voyages sont possibles ! Le but étant d’étudier durant ce voyage un sujet qui nous tient à cœur et d’en faire un rapport d’étude (je vous vois déjà grimacer à l’idée d’écrire un rapport, mais c’est une vraie partie de plaisir, car c’est un voyage pour soi avec un sujet que nous choisissons !). Bref, pour voyager j’ai reçu une bourse qui m’a permis de vivre un mois sans avoir à dépenser grand-chose !

Les billets réservés, me voilà envolée ! Cherchant à en savoir plus sur le lien entre l’architecture et la nature dans ce pays, mon voyage s’est construit en 4 temps. J’ai d’abord passé une semaine à Oslo, rencontré sa culture, ses habitants, sa végétation… Je voulais m’imprégner de sa vie urbaine, très agréable au passage. C’est une ville ouverte qui respire dû à sa position dans l’Oslofjord. S’en est suivi une partie de stop à gogo sans savoir où j’irais, où je dormirais le soir, une aventure vraiment incroyable. Il faut savoir qu’en Norvège il y a une loi qui donne accès à la nature donc le camping sauvage est autorisé dans la plupart des endroits à condition de respecter l’environnement et les habitants à proximité. J’ai donc remonté toute la Norvège en stop accompagnée d’acolytes auto-stoppeurs italiens rencontrés dans une station-service ! Les rencontres sont toujours intéressantes et finalement je ne me suis jamais sentie seule. Il faut bien sûr laisser place à l’improviste quand tu réalises en 24 heures un trajet qui aurait pu en durer seulement deux…

Mon but ultime de voyage : les îles Lofoten. Paradis surnommé « les Caraïbes de l’Arctique, il s’agit de chaînes de montagnes immenses au milieu de l’Océan. Là on sent l’immensité des paysages et sa pureté ! J’y suis restée 10 jours, à explorer les îles et camper là où le vent me portait. En été le soleil ne se couche pas. J’ai pu surfer dans l’océan arctique au soleil de minuit, un de mes plus beaux souvenirs. Les journées, c’était principalement randos, stop, pause-café et beaucoup de photographie, la contemplation de paysages !

Les Norvégiens étaient accueillants et même s’ils sont assez froids au premier abord, une fois la glace brisée, ils étaient tous bienveillants ! Je suis redescendue à Bergen en stop avant de rentrer en France.

Le plus beau du voyage c’est quand la destination importe peu. Alors on vit les choses beaucoup plus intensément, on est dans la seconde, dans la minute. On vit.

 

Comment se préparer ?

Je dirais avoir du temps, être ouvert(e) et laisser de côté tous ses préjugés, car ils sont souvent chamboulés. Peu importe ton niveau de langue, il est toujours possible de communiquer avec d’autres humains ! Les signes, les dessins, les dictionnaires ! Il ne faut pas se dire que c’est une barrière pour voyager ! Aussi essayez d’êtres minimaux dans vos besoins, vous serez plus ouverts à tout ce qui vous arrive ! Heureux avec peu !

Ce qui m'a plu

La nature, les paysages les mentalités, le temps… Tellement de choses. Les gens respectent leur nature, les déchets sont assez rares et c’est dans la culture de prendre soin de leur terre. Ils la chérissent et c’est beau à voir, on devrait tous prendre exemple sur certaines façons de vivre des pays scandinaves.

Comment s’ouvrir à la rencontre ?

Demander son chemin ! La bonne technique pour rencontrer du monde ! Aussi certaines applications et groupes de voyageurs permettent de rencontrer du monde sur place, c’est vraiment chouette !

Un bon plan à partager ?

Les sites de woofing et couchsurfing sont tes meilleurs amis ! Des hébergements chez l’habitant sans frais en échange de petits coups de main, c’est vraiment génial. Tu peux découvrir la culture, être immergé dans leur vie et apprendre beaucoup !

 

 

Bref

La confiance en son instinct, en soi est très importante, foncer dans l’inconnu est une des plus belles choses qui peut nous faire avancer. Être seule aussi, en connexion avec soi ça nous permet de prendre du recul et de réfléchir à ce qui nous importe vraiment, vers où on veut aller. Alors foncez, le voyage c’est l’école de la vie !

Partage ce témoignage

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Ce récit t'a plu et tu as plein de questions ?

N'hésite pas à contacter l'auteur !

*Ne t’affole pas si certains liens ne fonctionnent pas, certains ont décidé de ne pas tout partager, et on respecte leur choix !

Encore plus de témoignages...

Amérique

Chloé à Vancouver

Je suis partie à Vancouver (Canada) pour une seconde rhéto.L’expérience a en fait commencé avant mon départ. Quelques jours avant de partir, j’ai été envahie

Europe

Aurélien au FabLab KelleFabrik à Dijon

Je suis parti en France, à Dijon, faire un stage professionnel dans le secteur des sciences technologiques et numériques.Je suis arrivé un samedi, j’ai été

Europe

Sarah en woofing en Irlande

Je travaillais la semaine dans des fermes (4 en tout) et en échange j’étais logée, nourrie, blanchie. Je pouvais rester les week-ends ou bien voyager