Laura dans un bureau d’architecte au Pérou

« Époustouflant »

À propos de moi

Je m’appelle Laura, j’ai 27 ans et je suis de Bruxelles, où je suis née. J’ai étudié l’architecture à l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

À propos de mon voyage

À 26 ans, je suis partie faire un stage professionnel dans un bureau d’architecture au Pérou, à Jaén et à San Martín de Pangoa.

En quelques mots

Après avoir appris à parler espagnol en Espagne, je voulais voir ce qui se passait de l’autre côté du globe pour les gens que l’on appelle les latinos. Grâce à ce bagage linguistique, j’ai choisi de voyager là-bas et de coupler mon voyage d’une expérience professionnelle importante pour moi, dans le monde de l’architecture. J’ai été accompagnée par le Bureau International de la Jeunesse (BIJ), via le programme Tremplin Job, pour mettre en place mon projet.

J’ai découvert tellement de choses, je ne saurais pas par où commencer, j’ai rencontré évidemment beaucoup de gens et entendu pleins d’histoires différentes, j’ai vu des paysages incroyables, j’ai appris de nouvelles choses en tant qu’architecte, mais aussi en étant touriste européenne.

J’ai travaillé avec un bureau d’architecture appelé Semillas, qui construit des écoles dans les zones rurales du Pérou. C’est un bureau d’architecture qui prône l’emploi de matériaux locaux et la participation active de la communauté à la construction de l’école. J’y ai travaillé avec des personnes d’autres pays, on a échangé beaucoup et partagé énormément, car nous vivions aussi ensemble, dans les zones rurales du Pérou.

Cette expérience m’a permis de grandir, j’ai appris beaucoup ! Je suis absolument bilingue c’est sûr, mais au-delà de ça, j’ai appris un langage universel, celui de notre planète et de cette grande communauté humaine que nous formons dans ce grand écosystème animal, végétal, minéral… ! Ça paraît sans doute très hippie, mais c’est comme ça !

Ce qui m’a poussé à partir

J’ai eu la chance depuis petite de pouvoir voyager avec ma famille. Je pense qu’à ce moment-là l’idée de découvrir d’autres cultures et d’autres paysages a germé en moi, mais j’étais encore une enfant. Après, lors de mes études, j’ai participé au programme Erasmus, où je suis partie à Madrid pour une année scolaire. Ensuite, je suis repartie en Espagne, et ce, après mes études grâce au programme Erasmus plus, où j’ai passé un an à Séville. Et à partir de là, partir travailler en Amérique latine au Pérou a été la suite logique de mon parcours.

Ce qui m’a surpris

Passer de l’autre côté de la planète, se rendre sur place et vivre tout ce que l’on dit dans les médias rend tout ça vrai et concret… et finalement on se rend compte que ce n’est pas eux qui sont loin de nous, c’est nous qui sommes de l’autre côté de la Terre. Vous comprenez ce que je dis ? C’était très humain comme voyage, j’en retiens beaucoup de choses, mais j’aime à dire que le contact social est ce qui rend les souvenirs encore meilleurs !

Ce qui a été compliqué c’est que les mœurs sont différentes, les jeunes filles sont mères très jeunes et mariées dans la foulée, on m’a souvent demandé si j’avais un mari et des enfants, ce qui à 26 ans n’était pas du tout ma situation, mais qui l’est pour beaucoup d’entre eux. En tant qu’européenne, blonde aux yeux bleus, j’étais souvent confondue avec une ressortissante des USA ou de Russie aussi… (mais ils connaissent souvent les joueurs de foot belges : Hazard, Lukaku et Fellaini m’ont sauvé la mise!). Et par conséquent, j’étais associée au capitalisme, à la richesse, aux grandes entreprises… On attendait de moi d’avoir de l’argent à donner et supposément de parler anglais (je parle anglais, mais ce n’est pas ma langue maternelle).

Un bon plan à partager ?

Les free walking tour en ville. Et la communication avec les habitants : vous ne les connaissez pas et ils ne nous connaissent pas non plus, si vous vous arrêtez là cela suscite suspicion et crainte alors qu’il n’y a pas de vraies raisons ! Allez-y papotez avec les locaux, ils ont toujours des bons conseils et pour votre sécurité aussi c’est parfois une bonne chose (vous signaler votre présence, vous venez en ami).

Comment as-tu financé ton voyage ?

Grâce à la bourse du BIJ Tremplin Job, j’ai pu voyager plus facilement, d’autant plus que je voyageais dans un pays relativement pauvre. Dès lors, la bourse était suffisante (2600 euros, transport compris) pour couvrir pas mal de mes frais. Néanmoins, comme je voyageais, j’ai aussi emmené mes économies avec moi cela m’a été nécessaire.

Bref

Ça paraît bateau, mais si vous ne faites l’expérience, vous allez le regretter ! Au pire, ça ne se passe pas comme prévu, au pire vous revenez, mais vous aurez grandi et appris sur vous-même et sur le monde, c’est une opportunité géniale qui n’est pas donnée à tous alors profitez-en, foncez et faites du bien autour de vous !

Partage ce témoignage

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Ce récit t'a plu et tu as plein de questions ?

N'hésite pas à contacter l'auteur !

*Ne t’affole pas si certains liens ne fonctionnent pas, certains ont décidé de ne pas tout partager, et on respecte leur choix !

Encore plus de témoignages...

Amérique

Eva et sa 2e rhéto en Alaska

Je suis partie faire une 2e rhéto en Alaska (Eagle River) et en Allemagne à Hamburg.1er semestre : Alaska ! Je n’aurais jamais imaginé, en

Étudier à l'étranger

Laure en Erasmus en Espagne

Je suis partie avec 9 personnes de ma faculté, mais j’ai décidé de vivre en immersion totale. Mon objectif était clairement d’oublier la Belgique pendant