Elina

Intemporel

Elina, publié le 16 avril 2020.
A propos de moi

Je m'appelle Elina, j'ai 20 ans. Je suis en deuxième année aux beaux-arts de Caen.

A propos de mon voyage

Je suis partie l’été dernier de la Norvège jusqu’en Belgique, en stop et en tente.

En quelques mots

J’ai eu la chance de partir avec la bourse de l’association Zellidja. C’est une association qui pousse les jeunes entre 16 à 20 ans à partir seuls au minimum un mois. Il faut créer un dossier avec un sujet d’étude et s’il est accepté, on peut recevoir une bourse de maximum 900 euros. Mon projet était le suivant : la route et ses sons.

Je suis partie de Kirkenes en Norvège, une ville à la frontière de la Russie. J’ai descendu la Norvège en stop et en tente puis j’ai traversé la Suède, le Danemark, l’Allemagne puis la Belgique pour rejoindre le festival de Dour. Je suis partie le 30 mai et je suis arrivée le 10 juillet à Dour pour un festival. Tout le long de mon voyage, j’ai enregistré différents sons. Je me suis vraiment amusée à enregistrer, cela m’a permis aussi d’être plus attentive à certaines choses, aller au-delà du paysage.

« Premiers pas au Finemark et j’embarque déjà clandestinement à l’aide de touristes dans leur bus qui m’amène dans la ville de Kirkenes. Troisième stop de la journée, je me retrouve le soir à manger avec Silja et sa famille, qui plantent des fraises dans leur jardin, et à dormir dans un camping abandonné, recommandé par Silja. Le lendemain elle vient me chercher et je passe la journée avec eux, à les aider avec leurs plantations. Le soir même, entre Vagge et Nyehv je partage un barbecue avec un homme dont le bonheur est de regarder la nature autour d’un feu. Il m’a fait découvrir un lac gelé où l’eau est si pure que tu peux y voir le fond… ».

Je suis partie sans a priori, sans peur. Je n’ai eu que des surprises. Il m’a juste fallu un temps pour comprendre que je ne pouvais pas vivre à 1000% tout le temps et que je devais apprendre à faire des pauses.

Echanger pour se préparer

Je pense qu’il est important de parler de ton voyage à ton entourage. Leurs encouragements sont importants. Il faut savoir que c’est normal d’avoir des craintes, des peurs. Pour beaucoup, l’inconnu fait peur et je pense que c’est bien d’en parler avec les gens que t’aimes. Et ne pas hésiter à questionner des gens qui voyagent, même si tu ne les connais pas, ils seront toujours heureux d’aider. C’est bien aussi de se renseigner sur le pays : s’il y a un mode de fonctionnement différent, se renseigner sur les différents transports, s’il faut des visas, est-ce que l’argent est différent… Regarder aussi tout ce qui est culturel, s’ils ont des croyances différentes, je pense que c’est important d’en savoir un minimum, puis de toute manière tu découvriras tout là-bas.

Des rencontres, de l’hospitalité et de la gentillesse

J’ai beaucoup été accueillie chez des gens, présentée à leur famille ou à leurs amis. La confiance qu’ils te portent m’a aussi beaucoup apporté et m’a permis de porter un nouveau regard sur le monde qui m’entoure. Une fois, j’étais en chemin pour Tromso, une dame m’avait pris en stop, le feeling était très bien passé. Elle devait, elle aussi aller à Tromso, elle m’a donc invitée à dormir chez elle et à partir avec elle le lendemain. Visite de la maison, « fais comme chez toi, je dois aller aider ma mère, je reviens dans une heure ». Tu n’es plus une simple inconnue/voyageuse, mais une invitée, une amie. La confiance est réciproque et si forte que leur maison devient ta maison le temps d’une soirée, d’une journée. Parfois tu es accueillie et tu deviens un membre de la famille. Avant d’arriver aux Lofotens, je suis restée trois jours avec une famille, entre brunchs et la visite d’une partie de leur île, j’étais un peu comme leur troisième enfant.

Voyager en stop

Voyager en stop m’a aidée à prendre confiance en moi et envers les autres, à diminuer ma timidité, à aller vers les gens, à m’écouter un peu plus, j’ai pu me développer en dehors des codes sociaux dont j’avais l’habitude. J’ai aussi découvert des paysages à couper le souffle, un décor qui change toutes les dix minutes. Entre fjords, montagnes, lacs, forêts, mythes et légendes qui traversent ces lieux, la Norvège est l’un des plus beaux pays que je n’ai jamais visité et le plus beau pays que j’ai traversé durant mon voyage. Aussi, un petit conseil : l’application MAPS.ME est très utile !

Comment faire des rencontres ?

Ouvre grand tes yeux et tes oreilles !

Bref

Je suis revenue avec plus de confiance en moi et des beaux paysages plein la tête.

Partager le témoignage :

Ce récit t'a plu, mais tu as plein de questions ?
N'hésite pas à contacter l'auteur !

ou par email :

elina.boisson@gmail.com

Tu veux plus de témoignages?

Charlotte à Montréal

AmériqueÉtudier à l'étrangerExpériences - 5 mois

Un stage et des cours à Montréal pour ma 3e année d’études d’assistante sociale !